Extrait du portrait écrit par Annick Fleitour, tiré du livre commémorant les 60 ans du groupe "Eostiged ar Stangala - 60 ans de passion"

 

Né à Rennes en 1922, Jean Guihard conjugue très tôt musique, chant et théâtre. En 1950, il fonde avec son épouse et d'autres le bagad et le cercle de Dinan, puis l'association des Vielleux de Bretagne. Trésorier de la confédération Kendalc'h, il participe à la création de la commission danse, instaure la mise en fiches des danses traditionnelles et organise pendant plus de douze ans les fameux stages de Châteauneuf-du-Faou. C'est à Kerfeunteun que son génie chorégraphique s'épanouit.

 

A l'occasion du trentième anniversaire des Eostiged, Jean Guihard déclare au Télégramme: «Après avoir fait de nombreuses enquêtes sur la Bretagne, j'ai pensé qu'étant donné le nombre important de groupes, il était nécessaire de faire autre chose que des danses traditionnelles. C'est pourquoi j'ai cherché à me rapprocher de Quimper pour être au plus près de Jef Le Penven et pouvoir, avec lui, travailler un nouveau mode d'expression populaire.»

 

En 1960, il rencontre les Eostiged et tout change: l'aventure des Ballets Bretons commence. En août 1967, Jean Guihard s'explique : «Exprimer la danse populaire sur scène, ce n'est pas reconstituer fidèlement un bal populaire tel qu'il est donné sur la place; mais tout en conservant son caractère de simplicité paysanne, l'adapter aux règles scéniques. Il faut distinguer deux formules de ballets qui ont marqué leur évolution en Bretagne. La première, née depuis onze ans, est une élaboration très évoluée de la danse et du costume breton. Elle fut créée par une excellente équipe du cercle celtique de Rennes avec un chorégraphe affirmé: Dess. Cette formation a donné naissance aux Ballets Modernes Bretons. La seconde, née depuis quatre ans à Kerfeunteun, présente la danse dans son style et sa parure propre, agrémentée d'une présentation: Entrée, sortie.»

 

L'idée avant-gardiste de Jean Guihard, c'est la vision complète d'un spectacle. «Présentation et conclusion sont les deux parties réservées à la création du chorégraphe: elles ne peuvent nuire en aucun cas à la danse propre. Ces deux parties sont l'écrin, le présentoir dans lequel le déroulement, c'est-à-dire la danse propre avec sa forme, son style, va prendre toute sa valeur de danse populaire: c'est bien sûr la formule de nos ballets.»

 

Si l'homme présente de nombreuses fêtes folkloriques en Cornouaille (fêtes de Toulfoën, de Douarnenez, Concarneau, Pont-l'Abbé ou Fouesnant), il est surtout l'une des chevilles ouvrières des Fêtes puis du Festival de Cornouaille, dirigeant la régie avant d'en devenir trésorier puis vice-président. Soulignons enfin son rôle capital, en Cornouaille, dans le domaine des échanges franco-allemands et dans l'établissement de jumelages qui perdurent aujourd'hui.

Les actualités du groupe



voir toutes les actualités

Réseaux Sociaux

Facebook Twitter Instagram YouTube

Calendrier de spectacles

  • /calendrier/event/29-cornouaille-kemper 23 Juil - Cornouaille - Kemper
    Quimper - Centre

voir le calendrier