fb redim

 

 

 

PageDeGardeErell

Téléchargez son dossier de Reine en cliquant sur l'image 

 

 

Candidate au titre de Reine de Cornouaille, Erell Lahuec se confie pour eostiged.bzh avant le grand week-end.

 

Erell, pourrais-tu commencer par te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Erell Lahuec, j'ai 21 ans et je viens de terminer ma deuxième année d'études de droit à Quimper. J'ai commencé la danse bretonne quand j'avais 10 ans au cercle de Bénodet et en 2015 j'ai rejoint Kerf' car j'avais le sentiment d'avoir fait le tour à Bénodet.

 

Les Eostiged ont quelle place dans ta vie ? Qu'est ce que ça t'apporte ou t'a apporté ? 

C'est un peu central, entre les répétitions, le rôle de monitrice du groupe enfants.... et aussi la cohésion de groupe : on se voit en dehors, il y a une vraie amitié.

 

Ta candidature à cette élection, c'est plutôt "rêve de petite fille", "opportunité" ou "expérience sympa" ? 

Un peu tout ça! Quand j'étais petite c'était un peu le rêve, les reines étaient des princesses, etc... Et c'est justement ce que je veux casser maintenant. J'ai envie de pouvoir m'exprimer sur un sujet, faire passer des idées qui me semblent importantes.

 

Justement, ton dossier porte sur le matriarcat, avec une couleur très féministe...

Oui, je suis très engagée et intéressée par les sujets qui touchent à la place des femmes et au sexisme. Et la danse bretonne l'est énormément! Il n'y a pas de vraie égalité. Dans le dossier je parle justement du fait qu'à l'époque qu'on est censés 'représenter', c'était finalement plus égalitaire. Donc en réalité ce machisme n'est pas du tout un truc traditionnel comme on nous le laisse penser!

 

Tu n'es pas la seule d'ailleurs depuis quelques années à faire un dossier sur des femmes importantes, des dossiers qui ont prfois des volets très féministes. Est-ce un signe que ces dossiers ont une portée plus engagée qu'avant ?  

Les Reines de Cornouaille, ça n'a quasiment pas évolué depuis le début. Les candidates ont compris je pense que cette élection était un moyen de s'exprimer sur des sujets, plutôt que de faire des dossiers purement historiques et historiens. Je n'aurais pas voulu faire un dossier sur l'église de Kerfeunteun ou un sujet de ce genre, je voulais utiliser au maximum la chance de pouvoir parler autour d'un sujet qui me tient à coeur. Et le fait que l'oral soit maintenant public, ça aide évidemment.

 

Et c'est aussi pour ça que tu acceptes de rendre public ton dossier avant le jour J ? 

Oui car la salle ou se déroule l'oral est très vite remplie, souvent par des proches. Je veux que le dossier puisse être diffusé. Si on ne le fait pas, tout ce travail tombe dans l'oubli finalement, hormis les quelques personnes présentes lors de l'oral. Je pense que c'est important de montrer au plus grand nombre que ce n'est pas un concours de miss sur lequel on juge le physique. Au final, c'est parce que les gens n'ont pas accès au dossier que ça reste, pour le grand public, un concours de beauté.

 

On parle de féminisme, de concours de beauté... ce n'est pas un peu paradoxal du coup de se présenter en 2019 à une élection de Reine de Cornouaille ? Cette élection peut paraître ringarde vue de loin ? 

Complètement! Mais justement, si on n'y va pas pour défendre des idées, c'est là que ça deviendra ringard. Je crois qu'à nous toutes on peut rendre ça plus contemporain, plus actuel. Si on veut faire bouger les choses, il faut le faire de l'intérieur. Cette élection est un peu sacrée, on ne touche à rien. Mais pourquoi ?  Par exemple, pourquoi ne pas imaginer que cette élection soit mixte finalement ? Il y a sûrement des hommes qui voudraient faire des dossiers de ce genre, qui auraient envie de dire des choses. 

 

 

"Pourquoi ne pas changer cette élection ? Pourquoi ne pas imaginer qu'elle soit mixte, finalement ?"

 

 

Ton dossier parle donc des idées reçues sur le matriarcat en Bretagne. Tu as été inspirée par une personne en particulier ?

Oui, mon arrière-grand-mère. Sa mère était une femme très libre et autoritaire, elle avait acheté elle-même sa ferme. Sa fille par contre (mon arrière-grand-mère, donc), n'a pas du tout eu la même place dans sa famille. Son mariage était arrangé, elle était subordonnée à son mari. Je me suis posée la question du pourquoi de ce recul, et je voulais savoir si c'était un cas particulier ou non. Et j'ai constaté que ce n'était pas un cas particulier mais une vraie tendance dans les années qui ont suivi la Première Guerre Mondiale.

 

As-tu été surprise de découvrir certaines choses ? 

J'ai étudié certains aspects de la place des femmes, et en particulier le travail. Et j'ai été surprise d'apprendre que certains métiers étaient complètement mixtes. Par exemple, dans les ports, les femmes déchargeaient les bateaux, portaient des charges lourdes. C'était un métier physique et mixte. Ce n'est plus tellement mixte de nos jours, et pourtant on a davantage de moyens techniques comme les grues.

Finalement, avant l'émergence du secteur tertiaire, c'était comme ça. Les hommes et les femmes effectuaient les mêmes tâches, à la ferme, au port, etc. Et ensuite, quand les hommes ont commencé à avoir un salaire, ça voulait dire que les femmes restaient à la maison. C'est la guerre qui a changé tout ça, en plus de la religion évidemment. Les femmes étaient très croyantes, généralement plus strictement que les hommes, et elles entretenaient elles-mêmes leur place inférieure.

 

C'est vrai qu'à la lecture du dossier, on a finalement l'impression que la place des femmes n'a cessé de diminuer au fil des siècles ?

Oui. Je suis partie sur l'idée du matriarcat, mais au sens strict du terme, il n'y en a jamais eu. La femme avait du pouvoir sur son mari à la maison, car elle y restait toute la journée, mais en dehors, elle n'en avait aucun. Par contre il y a eu une certaine égalité si on remonte bien plus loin. A l'époque du Duché de Bretagne, il y a eu de nombreuses Duchesses par exemple, et elles avaient un vrai pouvoir! Au temps des celtes, pareil. Ca montre qu'il y a eu une vraie régression après.

 

On parlait de ton arrière-grand-mère et tu portes justement son costume!

Oui, c'est le costume avec lequel mon arrière-grand-mère s'est mariée en 1928. J'ai dû refaire les rubans de mariée et le tablier car elle l'avait teint en noir après son mariage, mais tout le reste est authentique. Même le jupon est d'origine!

 

J'imagine que c'était une évidence pour toi de porter ce costume

Bien sûr puisque c'est dans ma famille, et aussi évidemment par rapport à mon dossier dans lequel elle a une part importante. En plus, elle a eu le droit d'avoir le costume de ses rêves, comme une sorte de compensation de son mariage arrangé. Elle a pu choisir les matières, aller à Paris acheter des tissus... Ca le rend très original.

 

Tu es impatiente d'être à samedi ? Un peu de pression supplémentaire en tant que membre de Kerfeunteun, un groupe quimpérois ? 

Il y a un tout petit peu de stress, je pense que c'est normal. Mais ça va; j'ai hâte d'y être, et puis ce sera un Cornouaille un peu différent cette année pour moi. Mais je ne ressens pas de pression particulière, c'est plutôt une chance d'être à Kerfeunteun, d'avoir beaucoup de soutien, pas mal de gens pour m'aider dans la rédaction de mon dossier, pour mon costume. Et même, cette envie de faire changer cette élection, en étant à Kerf les gens partagent plutôt cette vision. 

 

Comment expliques-tu le succès populaire de ce moment particulier des résultats ?

Pour les non-initiés, c'est un peu exotique. Je pense que ça éveille leur curiosité. Pour les gens du milieu, ça trouve son explication dans le fait qu'on est toujours très portés sur les concours, la compétition. Il suffit de voir les concours entre cercles, ou les concours individuels comme Menez Meur. Beaucoup de danses récentes sont des danses de concours. Au final, à Kendalc'h ou à Warl'Leur, tous les danseurs aiment cet aspect compétiteur. Pour l'élection, c'est pareil, les gens aiment bien faire des pronostics, choisir leur favorite. et on ressent un peu ça au moment des résultats.

 

 

"Le succès de l'élection ? Les gens de ce milieu aiment bien la compétition"

 

 

Tu veux qu'on retienne quoi de tout ça ? 

J'aimerais bien que ma démarche ne tombe pas dans l'oubli. Il y a des choses à faire évoluer sur cette élection, sur la danse bretonne. Tout à évolué en danse bretonne, sauf la place des femmes, toujours en retrait. L'excuse du costume, des jupes, c'est trop facile, et je suis sûre qu'à une certaine époque elles ne se mettaient pas tant en retrait, et on le voit sur certaines danses ou les femmes mènent la chaîne parfois. Il y a des choses à faire pour changer tout ça. J'aimerais contribuer à changer cette élection aussi, en tout cas mettre l'idée dans la tête des gens et y contribuer.

 

Un objectif pour l'élection ? 

Si je ne gagne pas, ce ne sera pas un problème du tout pour moi. Mais après autant d'heures de travail pour présenter un dossier auquel on croit, on a forcément toutes, au fond, envie de gagner, que le jury nous choisisse. Il ne faut pas se raconter d'histoire en disant qu'on ne veut pas du tout gagner. Mais comme je l'ai dit, si ce n'est pas le cas, je ne serai pas malheureuse.

 

Un dernier mot personnel pour finir ?

Ce sera un mot pour Mathias Ouvrard : un grand merci pour m'avoir aidée à réaliser mon tablier. Si je l'avais fait seule,  il n'aurait jamais été aussi beau. Et en plus on s'est bien amusés pendant les soirées passées ensemble pendant qu'il faisait les nouveaux costumes du groupe. Alors merci Mathias!

 

received 361783481192879

 

Propos recueillis par nos soins.


fb redim

 

 Le dossier présenté par Erell Lahuec samedi dans le cadre de l'élection de la Reine de Cornouaille est mis en accès libre sur notre site. Cliquez ci-dessous pour le découvrir

 

PageDeGardeErell

Cliquez ici pour télécharger le dossier

 

 

IMG 6873 mini

 

La Breizh Battle, nouveau spectacle de rue des Eostiged, aura l'honneur d'assurer l'animation du Festival de Cornouaille, à partir du 23 juillet. Avec plusieurs représentations quotidiennes de ce duel au sommet, les spectateurs quimpérois pourront découvrir un spectacle évolutif sous plusieurs formules. Un immanquable du festival, bien évidemment gratuit!

 

- Du Mardi 23 au Vendredi 26 à 14h00, 16h15 et 19h30 sur le Parvis de la Cathédrale

Samedi 27 à 20h30 sur la Place de la Résistance

 

 

Championnat

Trophe

Voir les résultats

Mécénat

donation

Soutenez-nous!

Suivez-nous!

RS BleusurBlanc FB RS BleusurBlanc TW RS BleusurBlanc INSTA RS BleusurBlanc YT BlueSnapchat small